Dark Market plus de 400 sites ont été Fermés

Dark Market  plus de 400 sites ont été Fermés
TvB0KPO.jpg

Dans une opération conjointe entre les Etats-Unis et Europol, les autorités ont fermé de nombres sites commerçants illégaux du Darknet, mettant la main sur 1 millions de dollars en bitcoins

.
Alors que les cendres de Silk Road 2.0 sont encore chaudes et que l’arrestation de son gestionnaire supposé est encore fraîche dans les esprits, les autorités américaines et de 16 pays européens se sont félicitées, hier soir, d’avoir réussi à fermer 414 sites qui servaient à vendre de la drogue et des armes « comme des services cachés sur le réseau Tor », expliquait Europol.

Dix-sept personnes ont également été arrêtées, selon l’office européen de police, dans cette opération conjointe lancée jeudi dernier. « Il faut bien se rendre à l’évidence que les délinquants utilisent des technologies de pointe pour commettre leurs méfaits et dissimuler les preuves. Et ils se cachent derrière les frontières internationales pour échapper aux forces de police », commentait Leslie Caldwell, procureure adjointe du ministre de la Justice américain.

9Mw40Aw.jpgTandis que le procureur de Manhattan déclarait lui que « alors que les activités illégales en ligne deviennent plus courantes, les criminels ne peuvent plus désormais s’attendre à pouvoir se cacher dans l’ombre du dark web ». Rien de moins que ce que disait par ailleurs Troels Oerting, le directeur du centre contre la cybercriminalité d’Europol : « Nous avons frappé des services sur le Darknet utilisant Tor là où, pendant longtemps, les criminels se sont considérés hors de portée », indiquait-il, « nous pouvons désormais leur montrer qu’ils ne sont ni invisibles ni intouchables ».

C’est toute une organisation qui a été mise à terre. La structure proposait d’acheter des armes, de la drogue, des cartes bleues volées ou des contenus pédopornographiques. Les clients étaient ensuite livrés par courrier postal, comme sur un site de vente à distance légal. « Il était même possible de noter la fiabilité d’un fournisseur », précisait Troels Oerting. Les forces de l’ordre ont saisi l’équivalent d’un million de dollars en bitcoins et 180 000 euros en liquide, argent, or et drogues.

Source : IcI