Dolby Virtual Speaker ? DTS NEO:6 ? Dans la jungle du Homecinéma

Ici, on ne parlera pas de codecs, seulement de nombre de canaux, de qualité et de traitement de signaux, et c'est déjà suffisamment compliqué à digérer.

Pour atteindre à une qualité presque égale à la réalité, depuis l'invention du gramophone à rouleau de cire, en passant par l'enregistreur à fil magnétique, pour aboutir enfin au son en trois dimensions, beaucoup d'efforts et de temps y à été consacré, comme pour beaucoup de techniques, les progrès ont été exponentiels, au point que pour retenir les modes de ces quelques dernières années, il a semblé utile de les regrouper dans un tableau.

La description de ces modes est volontairement sommaire pour ne pas noyer le lecteur sous un flot d'information, mais l'essentiel, les chiffres, sont donnés quand ils sont utiles à la comparaison.

Si le traitement des sons peut apparaitre aussi magique que la multiplication des petits pain, tout se paye, et l’augmentation des canaux se fait au détriment de la qualité.
Toutefois c'est un bon ersatz et peu onéreux ou encombrant, par rapport à du multicanal. Parfois c'est le seul choix possible avec une épouse qui favorise la décoration du salon par rapport à la technologie (misogyne, hein ? Pas tant que ça quand même.).

Le niveau suivant, le son plat, 5.1, 6.1, 7.1 pour personne exigeante.

Le relief sonore, Dolby Atmos, pour les personnes plus rigoureuses encore.

Et enfin, l'Auro 3D, sans compromis, avec un placement 3D de chaque son à chaque instant dans l'espace et une restitution la plus exacte possible calculée en fonction du nombre d'enceintes utilisées.

Et maintenant, le tableau:

l6de.png

En dessert, un petit tableau supplémentaire concernant la certification du matériel et de la source utilisée:

qeaf.png