DownParadise, l’épilogue.

Il y a de cela quelques semaines, le quotidien Libération titrait : Nous sommes un journal. Aujourd’hui, au nom de l’équipe de WarezienS, je vais vous dire le contraire, nous ne sommes pas un journal. Que les gens lisent ce qui est écrit par les membres gradés du forum n’est pas vraiment important, nous ne visons pas un audimat, nous ne visons pas le nombres de vues, nous sommes juste une communauté. Une communauté c’est comme une famille, nous ne sommes pas obligés de nous entendre, nous ne sommes pas obligés d’avoir les mêmes centres d’intérêt, mais par contre face à l’adversité nous retrouvons ce qui nous lie, ce qui nous a amené il y a 5 ans, 3 mois ou bien 2 jours à s’inscrire sur WarezienS, une certaine idée du partage du savoir, de la culture et du divertissement.

Quand l’affaire DownParadise a éclaté nous nous sommes tus. Nous avions des informations, cela nous paraissait risqué de les publier, et mettre dans une situation délicate vis à vis des autorités des membres de notre communauté est l’inverse de ce que nous prônons, de ce que nous vous offrons, un espace de dialogue entre acteurs du warez, bien entendu pas à l’abri du regard des autorités mais en tout cas avec une garantie d’anonymat et une écoute de notre part sur ce qui peut ou pas être publié. Numerama a fait son travail de journal, et a publié une information, c’est le seul de la presse spécialisée numérique à l’avoir fait dès le début de l’affaire, il devait avoir une bonne source pour le faire. Next-Warez a publié également un article, basé sur une confession d’un ancien du staff, reprenant beaucoup de détails connus uniquement par les gens étant partie prenante dans la procédure judiciaire en cours, et cela n’est pas du journalisme, c’est un moyen immoral de faire du buzz à peu de frais. Les membres de DownParadise ont le droit à la vérité ? Sans doute. La vérité doit-elle éclater aux dépens du secret de la procédure judiciaire mettant en position encore plus inconfortable les personnes la subissant ? Non !

Il semble que ces derniers temps les autorités, sous la pression des majors, mettent le paquet pour fermer ou empêcher l’accès aux sites de téléchargement illégal. DownParadise paie donc le même tribut que Planete-Lolo en 2012, le site est fermé, définitivement, et nous souhaitons bon courage pour la suite à ses ex-administrateurs. Il n’y aura pas de communiqué officiel, pas de buzz, rien.

RIP DownParadise.