Fermeture Bookys

Le mot de la fin.
par Pymous – 08/04/2015 21:52

Eh oui, on y est… et on va être franc.

Demain, Bookys fermera ses portes.

Ce qui devait être au départ une petite communauté basée autour d'une
passion commune : la littérature dans toute son entièreté ; ce qui est
devenu une partie de vie que je n'aurais échangé contre rien au monde,
est maintenant menacée par le fléau habituel du P2P.

Non, ce ne sont pas les ayants-droits, ni la police, et encore moins les hommes crabes.

C'est tout simplement la délation de personnes jalouses et frustrées,
incapables de laisser les gens dans leur coin. Incapables de profiter de
la vie sans essayer de pourrir celles des autres. Incapables d'avancer
sans devoir réduire son prochain pour se sentir vivre.

Je reçois, depuis plusieurs mois et plus que régulièrement, des menaces.
Qu'elles soient contre le projet que j'ai essayé de bâtir, ou plus
personnelles. Et hélas, la coupe est pleine.

Le temps du partage et de la bonne humeur est révolu et Bookys, notre communauté, laissera une belle histoire derrière elle.
Ce n'est pas par gaieté de cœur, et c'est d'ailleurs loin de l'être mais
en concertation avec le staff, nous avons décidé d'arrêter l'aventure
ici.

Histoire de ne pas polluer le message, je précise néanmoins que je
mettrai en fin de page des précisions sur les personnes qui sont
responsables de cette fermeture.

Bookys restera pour moi une formidable aventure, et je compte bien
garder contact avec nombre d'entre vous, et j'espère très sincèrement
que vous trouverez tous un autre endroit agréable où vous fournir.

Par ce communiqué et au nom du Staff, je tenais à vous remercier pour
votre bonne humeur, votre présence et votre fidélité durant ces 4
années.

Je suis fier de ce qu'on a su créer et partager.

Bookys fermera ce jeudi 09 Avril à 20H.

Pymous.

Premièrement, c'est avec dégoût et amertume que j'ai pris connaissance des menaces proférées par ces deux énergumènes.
Je ne les jugerai pas, ce n'est pas mon rôle et je ne m'abaisserai pas à leur petit jeu.
Sachez juste qu'une des seules émotions dont je fais part est le dégoût.

J'aurais la soudaine envie de vous conter une histoire mais je n'en ai pas le temps.
Je voulais tout simplement remercier Pymous et le staff de l'époque de
m'avoir accueilli à bras ouvert et de m'avoir permis de vivre cette
aventure et ainsi de faire part au scénario.

MERCI.

Chers membres, c'est votre tour.( J'vous jure, ça fait vraiment lettre d'adieu. Ça me déprime !)
Vous nous avez suivis pendant ces 4 années mais aussi aimés, déçus, torturés,… Bref.
Sans vous, nous n'étions pas grand chose et sans nous, vous ne l'étiez pas non plus.

Merci pour votre fidélité, j'aurais personnellement voulu que la chute soit tout autre mais il en est ainsi.

Network.

Informations sur les délateurs :
– ChtiPowa : Menaces de mort, menaces de dénonciation, harcèlement.
– ArTiK : Menaces de mort, menaces de mort à l'encontre de ma femme,
harcèlement, violation de vie privée, dénonciations avérées à plusieurs
organismes, certains même policier (SCELF, UNAC, BEFTI, …).

Je dispose des logs complets concernant ces deux individus, que ce soit
sur leurs dires ou leurs personnes, si vous les voulez, vous savez où me
trouver, n'hésitez pas.

J'attire volontairement l'attention sur ces deux individus, ils
n'hésiteront pas à salir votre travail, et les deux ont des antécédents
chargés, quand bien même ils n'étaient pas membre de Bookys.

Voici d'ailleurs un très court extrait pour vous donner une idée des personnages :
— ChtiPowa —
vas crever en enfert si ça existe
moi j'irais au paradis si ça existe car j'ai jamais fait de truc horribles comme toi
Si je dois me suicider je le publierais en racontant tout ça
tu peux me faire confiance
Et je t'accuserais que c'est toi le responsable
comme ça avec un peu de chance tu finiras en prison à vie

— ArTiK —
T'inquiète je vais te brisé ta vie moi j'ai que ca a foutre
et ta meuf suicidaire la, tkt pas je vais tellement t'enterrer toi,
quelle aura pas besoin qu'on la pousse du pont pour crever cette chienne

Soyez vigilant.

Ne vous cachez pas de la police, cachez vous des abrutis.

yikes