Grèce : trois semaines après, les banques rouvrent

Les files d'attente étaient déjà longues devant les établissements bancaires grecs, lundi matin, pour avoir accès à ses comptes. Dans la limite de 420 euros retirés par semaine.     
   
La levée des rideaux de fer était attendue depuis trois semaines par les Grecs. Fermées depuis le 29 juin pour protéger le système bancaire des retraits massifs, l'ensemble des succursales des banques grecques à travers le pays ont rouvert, lundi matin. Les files d'attente étaient déjà longues devant les établissements, pour avoir accès à ses comptes. Les restrictions et contrôles de capitaux restent en place, avec de légers assouplissements. La limitation des retraits d'argent liquide est fixée à 300 euros, soit 60 euros pour cinq jours, jusqu'à vendredi. Il sera de 420 euros pour la période du 25 juillet au samedi suivant.  Objectif : éviter aux Grecs de refaire chaque jour la queue au distributeur. L'utilisation des cartes de crédit pour des achats à l'étranger est également de nouveau autorisée.

Des exceptions concernant les transferts d'argent hors du pays ont aussi été créées. Les jeunes Grecs étudiant à l'étranger pourront faire des virements allant jusqu'à 5000 euros par trimestre. Les Grecs recevant des soins médicaux à l'étranger pourront eux sortir 2000 euros du pays. Pour le reste, les contrôles de capitaux restent en place, c'est-à-dire qu'ils est toujours impossible de transférer de l'argent à l'étranger, ni sortir de grosses sommes en liquide, ni ouvrir de nouveaux comptes dans leur pays.

La TVA grimpe elle de 10 points

Les Grecs, qui devraient se déplacer nombreux dans les banques, sont appelés à faire preuve de sang-froid par Louka Katseli, présidente de l'Union des banques grecques et de la Banque nationale de Grèce, l'un des quatre principaux groupements bancaires du pays, qui leur demande également d ramener leurs économies dans les banques pour soutenir la solvabilité du système. "Si nous sortons l'argent de nos coffres-forts et de nos maisons  où de toute façon, il n'est pas en sécurité- et que nous le déposons dans les banques, nous renforçons la liquidité" de l'économie, a-t-elle déclaré sur la chaîne de télévision Mega. Elle a également rappelé que quelque 40 milliards d'euros avaient été retirés des banques grecques depuis décembre, dégradant considérablement leur solvabilité.

Autre changement pour le quotidien des Grecs : la TVA passe lundi de 13% à 23% pour une série de biens et services, du sucre aux courses de taxis en passant par les préservatifs, les enterrements, les restaurants. Elle ne change pas en revanche pour le secteur de l'hôtellerie et est légèrement réduite, à 6%, pour les médicaments, les livres et les places de spectacle.

Source : AFP/ TF1/LeMonde