LA COMMISSION EUROPÉENNE POURRAIT S’ATTAQUER À ANDROID

C’est une affaire qui ne semble pas trouver d’issue. Le conflit entre la Commission Européenne et Google est loin d’être terminé. Il est reproché au géant de Mountain View de favoriser ses produits dans les résultats de son moteur de recherche.
Aujourd’hui, Joaquin Almunia, commissaire européen à la concurrence et vice-président de la Commission européenne compte aussi s’attaquer à Android. Une nouvelle enquête pourrait être ouverte. Google avait pourtant déjà fait trois propositions, dont une dernière que le commissaire européen avait jugé adéquate. C’était sans compter sur la réaction des plaignants, avec en tête Microsoft.

commission-europ%C3%A9enne-android-attaque-enquete.jpg

Cela fait maintenant quatre ans que le conflit persiste, et alors que tout portait à croire qu’une issue avait été trouvée, Google se retrouve une nouvelle fois au pied du mur. Pire encore, son OS mobile est aussi dans le viseur de la Commission Européenne.
En effet, il est reproché au système d’exploitation mobile d’envoyer systématiquement les utilisateurs vers les produits et services de Google notamment Google + et Youtube. On ne sait pas encore si une nouvelle enquête sera ouverte spécifiquement à ce sujet ou s’il s’inscrira dans l’enquête en cours. Joaquin Almunia verra son mandat prendre fin en Octobre et c’est Margrethe Vestager qui prendra le relai.

Joaquin-almunia-commissaire-europ%C3%A9en-concurrence-android.jpg

L’enquête sur Microsoft a duré 16 ans, soit quatre fois plus longtemps que celle de Google pour le moment, mais pour autant il y a plus de problèmes avec Google qu’il n’y en a eu avec Microsoft. – Joaquin Almunia, commissaire européen à la concurrence -Pour justifier la poursuite de l’enquête Joaquin Almunia n’a pas hésité à comparer la situation de Google à celle de Microsoft durant la précédente décennie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne mâche pas ses mots. Selon lui, le conflit qui avait duré seize ans avec Microsoft avait engendré moins de difficultés qu’avec Google en l’espace de quatre ans. Voilà qui est clair.
Nous continuons à travailler avec la Commission européenne pour répondre à (ses) préoccupations. – Al Verney, porte-parole de Google-Al Verney, porte-parole de Google, a simplement déclaré que la société continuerait à travailler avec la Commission Européenne pour trouver des solutions. Sous la pression des plaignants, le conflit ne semble pas trouver d’issue à court terme, et comme la déclaré Joaquin Almunia, « l’enquête va se terminer quand elle va se terminer ». Voilà qui est dit.

En savoir plus : http://www.phonandroid.com/commission-e … z3EE09G2aA

Répondre

comment-avatar

*