Spotify : Apple fait pression pour le retrait du mode gratuit

On sait, depuis la fin du mois de mars, qu'Universal exerce des pressions sur Spotify pour obtenir le bridage de l'offre gratuite. Cette démarche, toutefois, n'est pas le fruit d'une initiative de la major : elle ne fait que répercuter des pressions exercées par Apple dans le but de faciliter le lancement de son propre service de streaming.

apple_spotify-1-.png

Spotify, à l'heure actuelle, est probablement le porte-étendard des services de streaming musical. Avec 60 millions de membres, il fait figure de poids lourd du secteur, mais n'est pas pour autant un géant de la musique en général.
Dans ce domaine, les gros poissons sont les trois majors ainsi que les grands vendeurs, à l'image d'Apple et de sa plateforme iTunes. Ce dernier se verrait d'ailleurs très bien prendre la place de Spotify, comme en témoignent les projets à peine masqués de lancement d'un service de streaming maison. Cependant, il y a un hic : 45 des 60 millions de membres de Spotify bénéficient de l'offre gratuite. Les attirer vers un nouveau service (probablement payant) sera donc extrêmement compliqué… À moins de pouvoir détruire l'offre concurrente.

C'est pourquoi Apple a entrepris de peser de tout son poids sur les grandes maisons de disques, Universal en tête, afin que celles-ci réclament le bridage du mode gratuit de Spotify. Ces pratiques, toutefois, ne sont pas du goût de tout le monde. Aux États-Unis, le ministère de la Justice et la FTC ont ouvert des enquêtes sur les récents agissements d'Apple dans le monde de la musique. Elles visent, outre le cas Spotify, tout ce qui fait office de préliminaire au lancement du service de streaming musical de la pomme, probablement bâti sur la carcasse de Beats Music. En effet, Apple ne se
contente pas de vouloir écarter Spotify : la firme a aussi offert à Universal une rémunération en échange du retrait de ses vidéos de
YouTube. Une démarche qui aurait pour effet "collatéral" de détruire une bonne partie du catalogue de Music Key, le nouveau service de streaming musical de Google.

En Europe, Bruxelles s'est également saisi du dossier. D'après le New York Post, les pratiques d'Apple vis-à-vis des maisons de disques donnent lieu à une enquête depuis de longues semaines. La commissaire à la concurrence est toutefois restée discrète à ce sujet. Quant à Spotify, sa position officielle ne bouge pas : l'offre gratuite lui permet de recruter à un rythme soutenu tout en maintenant son ratio de clients payants. Celui-ciétant par ailleurs un des plus enviables du marché freemium, il serait mécaniquement contre-productif de brider quoi que ce soit.

Source