WhatsApp : des premiers pas hésitants sur le web

WhatsApp : des premiers pas hésitants sur le web

tvjQ6ii9PY.jpg
WhatsApp, la première messagerie mobile avec 700 millions d’utilisateurs revendiqués, est désormais disponible sur le web, mais avec une méthode d’authentification particulière : il faut passer par un QR code à scanner avec son smartphone. La démarche n’est pour l’heure pas ouverte à iOS.

C’est un premier pas que l’on qualifiera de timide. Après avoir développé une application mobile de son service de messagerie instantanée pour les principaux systèmes d’exploitation (Android, iOS, Windows Phone…), WhatsApp part à la conquête du web. Depuis ce mercredi, il est en effet possible d’utiliser la plateforme sur son navigateur web. Mais les restrictions sont nombreuses.

Dans un article publié sur son blog, WhatsApp explique que la version web de sa messagerie ne fonctionne qu’avec Chrome. Alors d’accord, le navigateur de Google rencontre un succès indéniable auprès des internautes, au point d’être le plus utilisé dans certains pays. Mais c’est enterrer un peu vite la concurrence (en particulier IE et Firefox), qui dispose encore d’une part de marché tout à fait significative.
L’autre inconvénient du client web réside dans son mode de fonctionnement. Le service ne peut pas marcher s’il n’est pas connecté avec l’application mobile figurant sur le smartphone de l’usager. Ce dernier doit scanner le code QR présent sur WhatsApp Web avec son terminal pour effectuer l’appairage. Ce pré-requis entraîne deux conséquences.

D’abord, le téléphone doit maintenir sa connexion à Internet pour que le client web puisse fonctionne. Ensuite, l’utilisateur doit s’assurer que la dernière version du logiciel est bien installée sur son appareil. Et encore, cela ne concerne pas tout le monde. Du fait des « restrictions » fixées par Apple, WhatsApp Web ne peut pas être utilisé par les mobinautes sous iOS.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette première version du client web est loin d’être satisfaisante. Mais c’est la première : de ce fait, il ne faut pas évidemment s’attendre à un service complet. WhatsApp est forcément conscient des limitations actuelles de sa plateforme. Et l’on peut penser que des améliorations, en particulier au niveau d’iOS et des autres navigateurs, arriveront tôt ou tard.

Source : Numerama + FRandroid