PopCorn Time, c’est fini avant d’être interdit.

popcornt.png

Le site spécialisé TorrentFreak raconte que l'équipe derrière la version PopCornTime.io (la plus utilisée)
s'est délitée après des divergences d'opinion et la crainte de
poursuites. En effet, les professionnels du cinéma sont vite montés au
créneau contre le logiciel, qui facilite à l'extrême le piratage de films. L'association Motion Picture Association of America (MPAA,
qui regroupe les six plus grands studios hollywoodiens) a déployé
d'importants moyens pour interdire le site.Psychodrame en interneL'équipe de développeurs (dont un Français interrogé en exclusivité par "l'Obs") tenait bon, du moins jusqu'à lundi. Mais l'intégration d'une option
payante (permettant d'anonymiser sa connexion) a divisé l'équipe,
puisque cela créait un intérêt commercial dans l'activité illégale.
Cette recherche de profits aurait pu alourdir une peine en cas de
condamnation.En interne, PopCornTime.io a tourné au psychodrame, débouchant sur l'enterrement du logiciel. Un développeur raconte à TorrentFreak avoir coupé les serveurs et avoir supprimé tous les fichiers de connexion. PopCorn Time privé de sa principale sourceDonc PopCorn Time, c'est fini. Du moins, pour le moment. Certains
développeurs ont fait savoir à TorrentFreak qu'ils cherchent à récupérer
l'ensemble des données des serveurs, hébergé par la plateforme Gandi.
Sans succès.Pis, il n'est pas certain que PopCorn Time puisse renaître de ses cendres. En effet, le logiciel fonctionne en faisant
principalement appel aux films et séries piratées disponibles sur
l'immense plateforme de peer-to-peer "YTS" (aussi appelée "YIFY"). Seulement, en parallèle de l'arrêt de PopCorn Time, le site de
torrents s'est stoppé… Faut-il y voir un lien ? Mystère.Cette plateforme, créée en 2010 et qui attire des millions d'internautes chaque mois, a soudainement disparu. Pour TorrentFreak, cela "semble délibéré". Une fois n'est pas coutume, ce ne sont pas les
ayants droits qui ont eu raison d'une plateforme de téléchargement
illégal.
Reste que le temps où les développeurs de PopCorn Time paradaient, en promettant "un service qui ne sera jamais détruit", semble désormais révolu.Source